agrandir le texte retrecir le texte

La municipalité s’oppose à la vente de l’hôtel formule 1

La cession de l’hôtel Formule 1 à la SNI est bloquée depuis que la municipalité a fait valoir son droit de préemption sur l’établissement.

À l’origine de cette décision, une vaste opération financière menée par la filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations visant à acquérir 62 hôtels du groupe Accor Hôtels sur le territoire. L’objectif : créer 6000 places d’accueil et réduire le coût, actuellement facturé en nuitées.

Non aux mauvaises conditions d’hébergement

Depuis le mois de juin 2017, l’hôtel accueille plus d’une centaine de personnes en précarité et pour certaines issues de l’immigration. Cette situation inquiète fortement la municipalité et les riverains tant sur les plans de la sécurité, de la salubrité que sur l’image du quartier. Dans une interview récemment accordée à France 3 Ile-de-France, Michel Lebouc a réaffirmé son désaccord sur ce rachat « Je ne lâcherai rien sur ce dossier. J’ai dénoncé, il y a un an, les conditions d’accueil des migrants. Nous devons respecter la dignité de ces hommes et de ces femmes. Magnanville est déjà doté d’un « Toit solidaire » adapté à leur situation et géré par ADOMA. D’autre part, ce Formule 1 est situé au cœur de la commune et du futur projet de ville » . L’édile rencontre le Préfet des Yvelines, le vendredi 28 juillet pour une meilleure concertation avec l’Etat.

Voir l’interview France 3 Ile-de-France.