agrandir le texte retrecir le texte

Projet d’entrée de ville : les suites du recours à la CNAC

Suite au recours déposé par l’hypermarché présent dans le secteur, le maire Michel Lebouc s’est de nouveau présenté ce matin devant la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (CNAC) afin de porter le projet d’entrée de ville.

Dans son argumentaire, il a souhaité valoriser les intérêts de la population et des entreprises magnanvilloises. « Notre commune de Magnanville souffre d’un fort déficit de commerces de ville, notamment depuis la fermeture administrative, pour raisons de sécurité, du centre commercial MAG2000 en 2016. C’est une parcelle qui était laissée à l’état de friche commerciale depuis plus de 10 ans et nous avons besoin de nous réapproprier cette entrée de ville ». Il a ainsi mis en avant le besoin de commerces de proximité auquel répondrait le projet. Il a également insisté sur l’aménagement du territoire et le développement économique de la ville qui compte de nombreuses entreprises dont SELMER et Buffet Crampon, et leurs plus de 400 emplois, qui bénéficient d’une renommée internationale.

Pour rappel, le projet comprendra une résidence intergénérationnelle, des commerces de proximité en mixité avec des petites entreprises, des logements, un hôtel 3 étoiles et un magasin Lidl qui est très attendu des Magnanvillois. Le permis de construire devait être accordé cette année mais le recours formulé contre la partie commerciale du projet a retardé de plusieurs mois la réalisation de ce projet important pour la commune.

Si la Commission Nationale d’Aménagement Commercial émet un avis favorable, les travaux pourront démarrer fin 2022/début 2023 pour une livraison en 2024.