agrandir le texte retrecir le texte

Le Conseil d’État valide le résultat des élections municipales

Le maire, Michel Lebouc, s’adresse aux Magnanvillois suite à la décision du Conseil d’État d’entériner définitivement les résultats du scrutin municipal du 15 mars 2020 et qui confirme son élection à la tête de la commune.

Réaction du maire Michel Lebouc à l’annonce du délibéré

« Chers Magnanvillois, Chères Magnanvilloises,

C’est un soulagement ! La plus haute autorité compétente en matière de recours électoral, le Conseil d’État, vient d’annuler le jugement du tribunal administratif de septembre 2020, validant ainsi de manière définitive les résultats des élections municipales de mars 2020, que nous avons remportées avec mon équipe. Une décision qui confirme ma légitimité en tant que Maire de Magnanville.

Cette décision de justice intervient un an après le début de la procédure initiée, à mon encontre, aux lendemains des élections municipales, par M. Dylan Guelton, membre de la liste d’opposition menée par M. Nicolas Laroche. Dans son recours étayé de 13 arguments, M. Guelton demandait au tribunal :
1°) d’annuler les opérations électorales du premier tour du scrutin des élections municipales et communautaires du 15 mars 2020 à Magnanville et de me déclarer inéligible
2°) de mettre à ma charge la somme de 2 000 euros sur le fondement des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative
Lors de l’audience du 7 septembre dernier, le Tribunal administratif de Versailles avait décidé d’annuler les opérations électorales du premier tour du scrutin des élections municipales et communautaires du 15 mars dernier. Ce délibéré était motivé par la mise en ligne, le 2 janvier 2020, par la Ville, sur sa chaîne YouTube, d’une vidéo concernant le projet des Brosses (parcelle de l’ancien magasin BUT). L’ensemble des autres points du recours avaient été rejetés. Soutenu par mon équipe d’élus, mes proches et de nombreux Magnanvillois, j’avais décidé de faire appel de ce verdict qui m’apparaissait comme une profonde injustice.

Je dois avouer que depuis le début de la procédure, nous avons vécu un an d’une attente compliquée, non seulement pour moi mais aussi pour mon équipe municipale, pour les services de la ville, pour mes proches, pour ma famille...
Un an passé avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête alors que nous avions tellement d’autres préoccupations majeures et bien sûr en premier lieu, celle d’accompagner la population et de lutter contre la propagation du Covid-19.
Un an durant lequel j’ai continué à faire mon job avec passion et sincérité pour construire, avec et pour les Magnanvillois, l’avenir de notre commune.
Aujourd’hui, le verdict du Conseil d’État est sans appel. Il entérine définitivement mon élection. Je suis à la fois soulagé et affligé à la lecture des conclusions de cette audience et notamment du rapporteur public qui souligne « l’acharnement » dont on a fait preuve à mon égard à travers ce recours administratif, et du caractère « foisonnant » des griefs soulevés. C’est ainsi lorsque l’on s’engage en politique. Le rôle de maire est parfois ingrat même si c’est aussi le plus beau des engagements que l’on peut prendre pour défendre les intérêts de sa ville et de ses habitants.

Je serai le Maire de tous les Magnanvillois, je continuerai à vous écouter, que vous adhériez ou non au projet de ville que je porte, car c’est dans la seule recherche du bien commun que nous devons continuer à avancer, ensemble.

Merci à toutes celles et ceux qui m’ont témoigné de leur soutien, il a été précieux pour m’aider à me relever lorsque j’avais un genou à terre. »

Continuité de la vie municipale

Le délibéré du Conseil d’État entérine le résultat du scrutin du 15 mars 2020 avec l’élection de 29 élus dont voici la composition.